Ce texte est consacré à l'écrivain franco-russe Anatoly Livry, qui est également chercheur et scientifique de niveau international.
Plusieurs informations contradictoires circulent sur son compte dans des médias anglophones, francophones, germanophones, russes, ... : celles-ci sont le fait de personnes particulièrement mal intentionnées.

Le présent article fait suite à plusieurs papiers parus à Paris et a pour principal but de préciser qu'Anatoly Livry n'a jamais eu de problème avec Paris IV - Sorbonne : toute information allant à l'encontre de ceci est donc forcément le produit de quelques personnes mal intentionnées et souvent psychiquement instables.

En 2001 et 2002, Anatoly Livry a enseigné la littérature russe à des étudiants de DEUG et de licence à Paris IV. Ses recherches sur les auteurs classiques grecs, français, allemands et russes ont alors commencé à attirer l'attention sur le chercheur, et ce malgré son jeune âge :  http://www.bude.asso.fr/pages/bulletin0203.html et http://www.slavica-occitania.org/resume.php?arti=239 . C'est à ce moment-là qu'il a rédigé, entre autres, son ouvrage Nabokov le Nietzschéen qui a obtenu entre 2005 et 2006 deux prix internationaux, dont celui du Salon du livre de Pétersbourg pour le meilleur ouvrage scientifique de l'année.
Simultanément, son œuvre littéraire, prose et poésie, rédigée à la fois en russe et en français, a suscité un vif intérêt chez de nombreux critiques et, depuis quelques années, ces textes sont enseignés dans des facultés de slavistique et de littérature comparée à travers le monde entier. Plusieurs doctorants rédigent même leur thèse sur la biographie et les travaux d'Anatoly Livry, lequel a été également l'objet de nombreuses conférences scientifiques.
Actuellement, Anatoly Livry publie à Moscou un recueil de poèmes bilingue français-russe, recueil édité par un académicien russe qui souligne qu' "Anatoly Livry est l'une des rarissimes personnes qui parvient à manier les langues poétiques russe et française avec la même aisance".
Les publications scientifiques d'Anatoly Livry connaissent également un grand retentissement dans des revues allemandes de philosophie : http://www.buchneu.hu-berlin.de/eintrag_sehen?ident=292 et http://www.nietzsche-gesellschaft.de/deutsch/Flyer06.pdf etc...

Tous ces faits ne devraient attirer à Anatoly Livry que bienveillance et reconnaissance dans le monde universitaire, en particulier à Paris, ville de l'écrivain.

Mais bien au contraire, depuis plus de cinq ans, Anatoly Livry est l'objet d'une propagande de diffamation acharnée qui, malheureusement, ne fait que s'intensifier à chaque nouvelle publication : ces calomnies tentent de discréditer l'écrivain et le scientifique auprès des professeurs universitaires, des académiciens qui s'engagent à soutenir l'œuvre d'Anatoly Livry. Ainsi, après la sortie à Moscou de Ecce Homo, à un tirage important, épuisé puis réédité (c'est ce titre qui est enseigné dans plusieurs facultés), un véritable tsunami s'est déversé sur l'éditeur d'Anatoly Livry, ainsi que sur les rédacteurs des revues qui consacraient certains de leurs articles à cette publication, et tout cela malgré l'appel au calme lancé peu auparavant par Anatoly Livry lui-même : http://geleos.ru/?key=viewnews&nid=230


Suite à ces attaques, les avocats de l'éditeur d'Anatoly Livry ont demandé au parquet de Moscou d'ouvrir une enquête pénale à l'encontre des détracteurs de l'écrivain pour "attaque diffamatoire" et " désir de nuire à la réputation".
Selon l'information reçue de Moscou, les personnes qui seraient mises en cause seraient des slavistes de Paris 4, anciens collègues d'Anatoly Livry.

En effet, tout le monde connait ceux qui ne cessent de diffamer l'écrivain - chercheur.
En 2005, Anatoly Livry a reçu un mail du doyen de la faculté d'études slaves de Lausanne, Leonid Heller qui lui annonçait :
Jul 2005, 13:48:21. To anatolylivry@???.com From Leonid.Heller@???.ch

" Cher collègue,


Merci de votre proposition; elle a retenu toute mon attention.
J'ai deux réponses à vous donner, officieuse et officielle; malheureusement, ni l'une ni l'autre ne sont de nature à vous satisfaire.
D'abord, je comprends bien le problème de la recherche de travail; je vous souhaite de trouver au plus vite un poste qui correspondrait à vos compétences et à vos aspirations; je ne peux pas m'empêcher de regretter cependant que vous ne jugiez pas opportun de vous expliquer sur l'épisode de votre brouille avec l'Université Paris IV et, sur le plan personnel, avec Mme Buhks "

 

Quasi en même temps, le responsable parisien de la maison d'édition "L'Âge d'Homme" (5 rue Férou, 75006 Paris), M. Babitch, déclara qu'un maître de conférence de la Sorbonne, Mme Anne Coldéfy, lui avait rendu visite pour le prévenir qu'Anatoly Livry voulait assassiner le professeur Bukhs, selon les dires de cette dernière(!!!).
Cette annonce étrange s'est terminée par une demande tout aussi étrange : un certificat qui stipulerait qu'Anatoly Livry ne serait
pas publié par "L'Âge d'Homme". Cette maitre de conférence, Mme Anne Coldéfy, a alors également obtenu les coordonnées de M. Gérard Conio professeur émérite à l'université Nancy-2, qui examinait les œuvres d'Anatoly Livry, et a exercé une pression pour que ces écrits ne soient pas publié.

 


Entre 2004 et la fin de 2007, des professeurs en Sorbonne de littérature comparée qui se rendent frequemment en Russie et qui ont des connaissances communes avec Mme Anne Coldéfy, rapportent qu'à maintes reprises Mme Anne Coldéfy est intervenue pour calomnier Anatoly Livry.

Ces diffamations atteignent même la vie privée d'Anatoly Livry : les propriétaires de l'appartement qu'occupe Anatoly Livry, entre
autre le professeur d'histoire de la médecine grecque à l'EPHE Daniele Gourévitch, ont reçu, et à maintes reprises, des appels téléphoniques étranges émanant du professeur Buhks qui accusait Anatoly Livry d'avoir commis plusieurs délits.

La quasi-totalité des organisateurs des conférences de philosophie allemande où intervient Anatoly Livry ont reçu le même genre
d'appel et de lettres, provenant toujours de la slaviste Bukhs ou de ses proches.

 


La librairie franco-russe du V-ème arrondissement, YMKA Press, dirigée par le professeur STRUVE, quant à elle, a reçu de nombreuses visites de l'ancien conjoint de Mme Buhks, M. Bonamour, lequel a fait pression pour que les ouvrages d'Anatoly Livry n'y soient pas vendus. C'est d'ailleurs ce slaviste Bonamour qui a amené Mme Buhks d'Israël jusqu'en France, et c'est grâce à lui qu'elle a eu des facilités pour obtenir son premier poste en Sorbonne.

Et le conjoint actuel de Mme Buhks, M. Kourganov, exerce de son côté des pressions permanentes sur les médias russes, diffamant encore et toujours Anatoly Livry. M. Kourganov a été plusieurs fois pris en faute par les rédacteurs de différentes revues russes, lesquels l'ont d'ailleurs ouvertement déclaré : http://www.lebed.com/2006/art4513.htm
Rien de très étonnant pour cet enseignant qui a été chassé de la faculté d'études slaves d'Helsinki pour diffamation. Heureusement pour lui, après avoir emménagé à Saint Mandé avec la slaviste Bukhs, il a obtenu le poste de maître de langue à Paris 4 : http://analitika.nl/komentarii_redakcii.htm

La diffamation contre Anatoly Livry exercée par le couple Buhks- Kourganov est permanente et profite même des manifestations scientifiques de Paris 4. Plusieurs témoignages confirment le fait que ces événements sont souvent l'occasion de réunir des gens pour leur faire entendre des propos diffamatoires sur le compte d'Anatoly Livry.
Tous les professeurs qui ont aidé à la publication de travaux d'Anatoly Livry ont reçu des messages diffamatoires qui provenaient directement du couple Bukhs Kourganov. Les mêmes diffamations ont été portées au rédacteur de la "Pensée Russe", M. Loupan, par Mme Coldefy qui collabore à ce journal.

Les rédacteurs des radios parisiennes qui invitaient Anatoly Livry ont reçu les mêmes messages : ceux-ci étaient transmis soit par Mme Marie-France Garaud, soit par Mme Giraud de Radio Courtoise. La slaviste Buhks a également diffamé Anatoly Livry aurpès de l'héritier de Vladimir Nabokov comme ce dernier l'a maintes fois déclaré dans les médias
By the way, Nora <Buhks> tell me the "Nabokov nietsheanets" Livry is trumpeting is a rehashed old term paper : http://listserv.ucsb.edu/lsv-cgi-bin/wa?A2=ind0410&L=NABOKV-L&P=R13441&I=-3

Et pour pouvoir diffamer Anatoly Livry auprès de la Société "Vladimir Nabokov" la slaviste Buhks s'est présentée comme "le chef de la faculté d'études slaves en Sorbonne"( Head of the Department of Slavic Studies at the Sorbonne):  http://listserv.ucsb.edu/lsv-cgi-bin/wa?A2=ind0403&L=NABOKV-L&P=R28368&I=-3
La slaviste Buhks agit toujours de la même façon, s'attribuant des grades qu'elle ne possède pas auprès des personnalités qui, à juste titre estiment qu'une enseignante de Paris-IV Sorbonne ne
peut s'avérer être une banale manipulatrice.
Son poste en Sorbonne lui sert de l'appât pour attirer des personnalités à ses manigances et, bien sûr, pour régler ses comptes personnels. Comme c'est le cas avec Anatoly Livry.


Ces actes de diffamation de la slaviste Bukhs pourraient être énumérés sans fin : il est vrai que ça fait 5 ans qu'elle emploie son temps à calomnier Anatoly Livry.

La slaviste Buhks s'amuse à annoncer à des personnalités de la droite que Anatoly Livry est Juif et à des personnalités d'origine juive que Anatoly Livry est soit-disant "antisémite". La slaviste Buhks sait parfaitement que Anatoly Livry est Français d'origine juive et les actes de la slaviste Buhks visent simplement à nuire à
la carrière scientifique de Anatoly Livry et surtout à dresser les uns contre les autres d'un côté les personnalités qui soutiennent Anatoly Livry et son œuvre et de l'autre les personnalités qui tombant dans le piège de cette calomniatrice qui use le nom de Paris-IV la Sorbonne ne la connaissent pas encore.
Toute personne de bonne volonté doit se dresser contre ces manipulations qui n'ont rien à voir avec le nom et la renommée de Paris-IV- Sorbonne.
Non seulement tous les éditeurs des ouvrages de Anatoly Livry mais aussi les producteurs des maisons de disques de Paris peuvent attester ces actes. En effet, Anatoly Livry a traduit et analysé des anciens chants militaires russes pour la France Production. C'est le premier travail culturel de ce genre qui n'a aucun lien avec les chants de l'Armée Rouge : http://chantmilitaire.blog.de/?p=3429960&more=1&page=2

Réaction de la "Sorbonne" ? - Bien sûr, la slaviste Buhks a immédiatement écrit à la France-Production pour annoncer que Anatoly Livry n'a jamais enseigné à des étudiants de la licence. Ce qu'elle et conjoint actuel font sans cesse.

 

La slaviste Bukhs est totalement inconnue en tant que scientifique. Chaque fois qu'elle tente de faire publier un de ses "travaux scientifiques" ou qu'elle veut organiser un colloque ou de se faire passer pour "une éditrice", cela tourne au ridicule et au désastre. Et c'est sans compter les nombreux problèmes personnels dont souffre cette personne, problèmes somatiques et psychiques qui ne font que n'empirer avec l'âge. Elle est d'ailleurs bien connue dans le milieu des universitaires pour sa haine envers les jeunes et belles doctorantes qu'elle chasse et diffame à chaque fois que l'une de celles-ci réclame un minimum d'indépendance pour mener une carrière personnelle. Tel fut le cas de mesdemoiselles Bouvard et Jouravlieva (auxquelles ont été payées par l'édition de Anne Coldéfy, "Inventaire", pour acheter leur silence et il a fallu employer M. Leonid Heller pour recycler à la hâte l'une d'elles), et de tant d'autres!

 


En août 2006 la slaviste Buhks, s'est invitée à la Maison de Pouchkine de St-Pétersbourg pour une conférence, en tant que "représentant de la Sorbonne". Mais suite au message envoyé en
masse et annonçant qu'elle serait arrêtée, une fois qu'elle aurait mis le pied sur le sol russe par la FSB pour ses fonctions au sein de la fondation de Berezovsky (un oligarque russe exilé à Londres et luttant contre le gouvernement de Poutine), elle a refusé, au dernier moment de s'y rendre, créant par cet acte un scandale énorme et acceptant donc le fondement des accusations. Ce qui a été tout de suite révélé par des médias de Russie: http://www.russ.ru/culture/krug_chteniya/krym_kak_tekst_i_gonorar

Anatoly Livry, ancien mannequin et sportif de haut niveau, est donc l'unique lecteur de l'université de Paris IV de sexe masculin qui ait eu à subir de la part de la slaviste Buhks des poursuites permanentes. Ceux qui connaissent réellement la situation savent quelles sont les vraies raisons de ces poursuites et combien elles sont indignes d'une université française !

Il apparait maintenant clairement que la slaviste Buhks est devenue une véritable "fonctionnaire de la diffamation". Elle est tombée dans le cercle vicieux d'une "routine psychopathique" : à chaque fois qu'elle a connaissance d'un évènement lié à Anatoly Livry - publication, colloque, soutenance de thèse, ....-, elle agit en envoyant ses proches le diffamer ; ses proches d'ailleurs sont peu nombreux. Il s'agit de quelques uns de ses compatriotes slavistes de nationalité israélienne. Il s'agit de son ancien conjoint, M. Bonamour et de son conjoint actuel, M. Kourganov. Il s'agit de la slaviste Coldéfy et de la slaviste Jurgenson - Reichman (M. Catteau, l'ancien professeur de ces dernières est obligé de couvrir
leurs actes, ainsi que M. Conte - et pour le dresser contre Livry, la slaviste Buhks a partout annoncé qu'il était personnage grotesque d'un des ouvrages de Anatoly Livry ; ce qui est faux), leurs étudiants, ainsi que de quelques obscures doctorantes et de quelques journalistes. Ce sont ces quelques personnes que la slaviste Buhks envoie pour diffamer Anatoly Livry dans les hautes sphères de l'édition, de l'université, du journalisme et du politique. Et même au sein de ce minuscule clan de diffamateurs qui s'est groupé autour de la slaviste Buhks, il existe une atmosphère de permanents règlements de compte qui s'exposent quasi tous les mois, justement à cause de "l'affaire Livry" (que Buhks ni ses proches ne maitrise plus) et il s'en suit une honte internationale, non celle de la slaviste Buhks (complètement absorbée par sa psychopathie) mais celle de la faculté d'études slaves de Paris-IV : http://www.monarhist.ru/news2006/news_2006_01_22_1.htm

Ces actes sont totalement irresponsables et dangereux ! La slaviste Buhks est tout a fait incapable de mesurer leur ampleur tant elle est victime de sa pathologie. Elle se moque de l'Université, elle se moque de la France, qu'elle méprise d'ailleurs ouvertement, prévoyant sa retraite prochaine chez elle, en Israël (paranoïaque, Buhks annonce dans le monde entier être
victime de la part de ses collègues antisémites!!!), tout comme son conjoint, M. Kourganov, qui sait qu'il n'est que de passage dans ce pays et qui en profite pour trainer dans la boue le nom de cette Université qui l'a pourtant accueilli.

Nous assistons donc à un surenchérissement permanent de scandales, et cela devient de plus en plus insupportable aux personnes saines d'esprit : de milliers des lecteurs, mais aussi des académiciens français et russes, des professeurs universitaires travaillant sur l'œuvre de Livry, des critiques qui se prononcent ouvertement pour Anatoly Livry après avoir examiné son oeuvre de façon indépendante
se voient attaqués par les personnes dressées contre Anatoly Livry par la slaviste Buhks http://lebed.com/2007/art5224.htm

Durant l'année 2008, deux ouvrages d'Anatoly Livry seront présentés à de grands prix internationaux : la pression exercée sur les jurys, - et cela sous l'oeil du parquet de Moscou ! -  rend la situation explosive et totalement inappropriée à l'image de la Sorbonne dont la slaviste Buhks se réclame sans cesse pour apporter plus de crédit à ses calomnies.

Dans le même temps, poussés à bout par les exhortations de la slaviste Buhks, les proches du professeur Daniele Gourévitch (EPHE), se préparent à expulser de l'appartement qu'il occupe Anatoly Livry. La procédure judiciaire se déroulera en présence de
nombreux journalistes et le procès sera une nouvelle occasion pour entendre l'historique de ces diffamations.
Nous invitons donc, pour préserver le reste de l'honneur de
l'Université Paris IV- Sorbonne, toute personne qui aurait entendu des diffamations sur l'écrivain et scientifique franco-russe Anatoly Livry à comprendre que cela n'est le fait que d'une seule et même personne, la slaviste Buhks, qui, de plus en plus souffrante, règle ainsi ses comptes personnels avec Anatoly Livry depuis 5 ans.


Prière de transmettre les informations sur ces diffamations à l'avocat de Anatoly Livry:

Advokatur Albietz
Äussere Baselstrasse 325
4125 Riehen 2
Suisse


(indiquant «Affaire Livry» )


Nous vous demandons de ne pas vous engager dans l'action psychopathique de la slaviste Buhks en allant à l'encontre non seulement d'Anatoly Livry mais également de toutes ces personnalités qui soutiennent son oeuvre.

Anatoly Livry a, à plusieurs reprises, assuré qu'il n'avait aucun problème avec l'université Paris IV.

Pour rédiger cet article, nous n'avons pas seulement analysé le vaste dossier médiatique de "l'affaire Livry", mais nous avons également pris contact avec des collègues de la slaviste Buhks, lesquels souffrent de ses agissements depuis des années.
Mentionnons simplement le Professeur de Paris-IV Laure Troubezkoy,
son époux le professeur Vladimir Troubetzoy, le professeur émérite de Genève Georges Nivat, le doyen de la slavistique à Nice René Guerra, le professeur de Paris IV Hélène Safier, le maitre de conférence à Lausanne Anastassia Forquenot de la Fortelle .....

Nous vous invitons donc non seulement à consulter le dossier Livry mais également à interroger de votre côté, de manière officieuse, les personnes que nous avons citées . Le boycott dont souffre Anatoly Livry dans certains milieux éditoriaux, journalistiques et universitaires doit cesser - et ses conséquences disparaitre. Car
ils n'ont aucune raison d'être.